spacer

logo
spacer

202 Procédés de Forçage de Theodore Annemann

Avis 3 coeurs
Difficulté 3 étoiles
Editeur : Magix Unlimited
Prix Editeur : Inconnu
ISBN : inconnu

202 Procédés de Forçage de Theodore Annemann

Theodore Annemann est considéré comme l'un des plus grands mentalistes du XXème siècle. Né le 22 février 1907 et disparu trop tôt le 12 janvier 1942 alors qu'il n'avait que 34 ans. Sa courte carrière aura marqué son époque et continuera d'inspirer des générations de magiciens. Auteur de nombreux livres et fondateur du magazine The Jinx consacré au mentalisme et qui reste de nos jours, une source d'inspiration et de secrets pour de nombreux artistes. Son premier numéro voit le jour en 1934, sa publication prend fin avec le décès de celui qui en spectacle se faisait appeler Ted Annemann.

Le livre dont je vous parle fut publié en 1997 par Magix, c'est pour cette raison que nous n'avons ni prix, ni ISBN. Pourtant l'ISBN fut créé en 1970, sans doute que l'éditeur n'a pas cru nécessaire de l'utiliser. Il s'agit d'une réédition, les copyrights et la préface mentionnent l'année 1992. Richard Vollmer assure la traduction mais aussi l'adaptation. Le texte sur lequel il s'est appuyé n'était pas l'original, il a fallu qu'il intervienne pour expliciter ou éclaircir certains passages obscurs du texte.

A la lecture de la première préface de l'auteur, on apprend l'existence d'une version antérieure dont le nom était 101 Methods of Force. Malheureusement dans son travail, d'adaptation Richard Vollmer a maladroitement fait disparaître les dates des préfaces. Il m'aura fallu quelques recherches et notamment l'obtention d'un manuel original pour retrouver toutes les informations. La première préface est datée du 12 avril 1932. La seconde rédigée pour le livre 202 Methods of Force est datée au 28 novembre 1933, tandis que l'éditeur Max Holden mentionne un copyright au mois de décembre 1933.
Le traducteur fait référence à une autre version en langue française publiée à Genève en 1954. Il s'avère que cette dernière fut traduite par Jean de Merry et le Professeur Rex de son vrai nom Charles-Emile Sauty, deux Suisses, aux éditions Sauty. Pour rappel, si le texte est tombé dans le domaine public, il n'en est pas de même pour les traductions. Observez la couverture de 1997 en haut et celle de 1954 en-dessous, une erreur a été corrigée dans la version moderne, je vous laisse découvrir laquelle.

Version Originale Version 1954

Le livre se décompose en quatre chapitres, Cartes, Cartes Jeux Spéciaux, Nombres et Divers. D'une manière générale, il faut bien comprendre qu'il s'agit d'un état des lieux des forçages existants en 1933, cet inventaire n'est de l'aveu même de son auteur pas exhaustif et de nombreuses techniques mises au point après sont forcément absentes de cet ouvrage.
La partie sur les cartes est la plus volumineuse, elle peut nous sembler décevante car les techniques employées paraissent basiques et ne ressemblent plus à celles que nous employons couramment. Cette lecture est une leçon d'humilité, serions-nous capables de réaliser les mêmes prouesses sans nos outils modernes ? C'est aussi un plongeon dans l'histoire de notre art, comment faisait-on de la magie il y a un siècle avec des moyens parfois rudimentaires. Parmi ces techniques désuètes, on trouve encore de belles choses simples et astucieuses qui enrichiront votre répertoire ou votre réflexion.

La section sur les jeux spéciaux est plus captivante car si certains ont traversé les décennies, d'autres sont tombés dans l'oubli. On y apprend le fonctionnement de classiques tels que le jeu Radio ou bien le Méné-Tékel. On en découvre d'autres dont les noms se sont perdus au fil des années. Certains peuvent être identifiés grâce à leur description puisque les noms n'apparaissent pas. Des combinaisons sont recommandées ouvrant des possibilités pas ou peu exploitées. Ce chapitre est certainement le plus inspirant du livre et réserve de belles surprises.
Une partie est consacrée au nombre, ou comment en faire choisir un qui vous permettra de forcer la carte ou le mot voulu. Et enfin la section Divers qui comme son nom l'indique regroupe des forçages variés comme celui d'une page de livre ou d'une couleur. Elle met en œuvre des objets connus comme des quêteuses et d'autres moins ou disparus, des objets d'une autre époque. Là encore vous pourrez y piocher quelques idées.

D'une manière générale, je regrette le style bien trop lapidaire, aller à l'essentiel dans les descriptions nous fait passer à côté de nombreuses informations. Pour comprendre les raisons de ce style, il faut étudier l'original. Celui-ci devait être vendu dans les deux dollars si on prend en référence le prix de son Livre sans nom vendu pour cette somme. Bien qu'un dollar de 1933 soit loin d'être celui d'un dollar de 2024, le montant versé à l'auteur ne devait pas être important, si on déduit les frais d'impression, la part du distributeur, celle de l'éditeur. Il fallait donc susciter l'intérêt du lecteur en promettant beaucoup dans un espace assez réduit.

Mon plus grand regret est l'absence de sources, en tant que témoin de son époque, pourquoi ne pas avoir cité des magiciens ou des publications et on retombe dans le travers de la concision. La publication de 1997 contient plus de cent pages ce qui veut dire un confort de lecture accru comparé à l'édition originale et ses 36 pages. Sans même parler des adaptations et les éclaircissements sur le texte pour faciliter sa compréhension. Un conseil, munissez vous d'une feuille et notez tout ce qui pourrait vous intéresser, puis laissez la dans votre livre, elle vous sera utile pour vos futures recherches.

Si vous avez envie de le lire, il ne vous reste que quelques options, les sites de ventes d'occasion ou d'enchères. Si l'anglais ne vous rebute pas alors il existe une réédition de 2011 vendue 6 dollars et qui sera plus facile à trouver et moins onéreuse qu'une traduction. Finalement si une version numérique vous suffit, des archives en ligne proposent de le télécharger gratuitement au format PDF.

Personnellement, je retiendrai une vingtaine de techniques, le reste aura contribué à ma culture magique et ce n'est pas si mal. Un débutant pourrait être dérouté par ce contenu ancien, il me semble que les magiciens expérimentés seront plus à même d'en apprécier sa lecture. Au-delà du côté historique, c'est aussi un plaisir de découvrir ce que pouvait être la magie, le matériel de cette époque, ainsi que le fossé entre la magie d'hier et celle d'aujourd'hui. Theodore Annemann a marqué à jamais l'histoire de la magie et les générations futures continueront de prononcer ce nom avec respect.

Avril 2024

spacer
corner
spacer
line
dcor

Magietest