Retour
» Accueil
» Vidéos

EASY TO MASTER CARD MIRACLES 2 de Michael Ammar
 

Difficulté

Michael Ammar nous propose une sélection de 11 tours plus ou moins classiques, divers, faciles à exécuter et dont la qualité et l'impact sont garantis.

Twisting the aces : quatre as se retournent les uns après les autres de façon inexplicable.
Daley's last trick : le magicien donne à un spectateur les deux as noirs et garde les deux rouges. Lorsqu'il lui demande de vérifier, les as ont permuté et le spectateur a maintenant les deux rouges.
Card warp : deux cartes sont pliées et une est mise en sandwich dans l'autre, lorsque cette dernière est poussée au travers de la carte, elle a subit une torsion car une moitié représente la face et l'autre le tarot.
Poker routine : démonstration de tricherie pendant laquelle le magicien se donne les quatre as. Il recommence et cette fois donne de bonnes mains à tous dont trois as à un joueur. Impossible pour lui d'avoir les quatre, finalement il obtient une quinte flush royale à pique.
Poker face : deux cartes sont choisies par deux spectateurs puis perdues dans le jeu, le magicien explique qu'il peut retrouver les cartes simplement en regardant l'expression du  visage des spectateurs. Il effeuille le jeu et s'arrête sur les cartes choisies.
Overkill : un spectateur coupe un petit paquet de cartes, pendant que le magicien en dispose vingt devant lui, le spectateur choisit la carte dont le rang correspond au nombre de cartes qu'il a coupé. Le magicien effeuille le jeu et annonce l'identité de la carte choisie, il fait un ruban et montre une seule carte dont le dos est différent c'est la carte choisie, encore plus fort le nom de cette carte est inscrit dans l'étui du jeu. Finalement lorsque le spectateur retourne le petit paquet qu'il avait coupé, il constate que la première carte est encore celle choisie.
Card through Hankerchief : une carte choisie est remise dans le paquet qui est lui même emprisonné dans un foulard, quelques secousses sur le foulard et une carte le traverse, c'est la carte du spectateur.
Card penetration and change : une carte choisie est enfermée dans un foulard, d'un geste, elle le traverse pour se retrouver face visible sur le jeu. Lorsque l'on ouvre le foulard c'est une autre carte qui se trouve à l'intérieur.
That's it : une carte est choisie, le magicien demande au spectateur de toujours répondre que c'est la bonne carte. Il lui en montre plusieurs dont celle choisie et les met de côté en disant que ce ne sont pas les bonnes. Puis il montre une carte quelconque et annonce que c'est la bonne. Le spectateur le contredit mais lorsqu'il vérifie, la carte s'est transformée en celle choisie.
The ambitious card : une carte est perdue plusieurs fois dans le milieu du jeu, elle se retrouve toujours sur le dessus du paquet, remontant même à vue.
Bonus : MacDonald's aces : les quatre as sont mis en témoins puis sont couverts par trois cartes quelconques. Un spectateur pose ses mains sur le dernier tas. Le magicien fait disparaître les trois as les uns après les autres, les transformant en cartes quelconques. Lorsque le spectateur vérifie, il a sous sa main les quatre as.

Notre avis

Michael Ammar continue sa sélection de tours certains classiques et d'autres moins. A noter, cette fois-ci que deux tours se distinguent par leur faiblesse, le premier " Daley's last trick " qui utilise comme technique les levées doubles, n'a rien d'exceptionnel, c'est le genre de truc auquel pense un débutant qui vient d'apprendre cette technique. Il en va de même pour " That's it " dont l'impact réside essentiellement dans la phrase gimmick qui se trouve être le nom du tour.

Parmi les classiques, il est intéressant de s'attarder sur la carte à travers le foulard car bien qu'étant un classique, on ne le voit pas souvent. En le combinant à Card penetration and change, vous en accroîtrez l'effet. Le bonus est lui aussi de qualité et pour la première fois de la série vous utiliserez des cartes spéciales fournies avec votre vidéo. Un tour que vos spectateurs ne seront pas prés d'oublier.

Le programme en Anglais dure 80 minutes, avec toutes les qualités présentes dans la première vidéo (voir critique du premier volume). Il faut rappeler que les techniques ne sont pas toutes expliquées, ce n'est pas le sujet du programme mais ceci ne devrait pas poser de problème puisque celles utilisées sont des techniques de base. Dommage tout de même que le forçage utilisé au cours de la routine Poker face, ne soit pas cité simplement à titre d'information.

On peut juger de la qualité de la vidéo au fait qu'elle ne semble pas, ni vieille ni démodée, elle a pourtant 10 ans au moment où j'écris ces lignes, car au cours d'une routine une spectatrice signe et date sa carte en mettant 1994. Seul détail qui pourrait trahir l'âge du film, ce sont les énormes lunettes de Michael Ammar, espérons qu'elles étaient à cette époque à la mode et qu'il en a changé depuis. Excellente vidéo, de la bonne matière première pour ceux qui ne connaîtraient pas ces routines et pour tous ceux qui aiment les belles productions.

Nos conseils

Dans la routine Overkill, le magicien découvre la carte en " faisant parler le paquet ", c'est à dire qu'il effeuille le jeu et tend l'oreille avant d'annoncer son identité. Cette découverte me semble un peu trop directe et nuit à l'effet car cela fait penser immédiatement à un forçage. Il serait à mon avis plus intéressant de découvrir la carte de façon plus théâtrale ou mystérieuse. Pourquoi pas la faire découvrir par une tierce personne dans le public, en utilisant par exemple le gimmick SPEX, en plus de faire participer le public, ce serait aussi l'occasion de se servir de cet accessoire qui traîne dans vos tiroirs. Tout autre méthode fera l'affaire du moment qu'elle ne donne pas le sentiment que le magicien connaît la carte depuis le début, bien que la suite de la routine prouve le contraire, mais comme les révélations s'enchaînent rapidement, les spectateurs ne se posent plus de question.

Easy to master card miracles volume 2

Magietest